Archive de la catégorie ‘Le jour ou’

Le jour où … j’ai eu un gros coup de pression

Samedi 12 juin 2010

Je reprend ce blog maintenant que je suis rentré en vous racontant simplement une partie de cette journée. Parce que j’écris avant tout pour moi et que je n’ai pas envie de revenir sur mon hospitalisation ou autre. Pour ce que cela vous intéresse de toute façon.. Réveil difficile, c’est dingue le nombre d’heures de sommeil que j’ai enchaînées depuis la veille… La perfusion passe pendant que, musiques aux oreilles, j’écris. La journée s’annonce relativement calme, juste le passage à cette exposition qui me stresse un peu. C’est en ville, il va y avoir du monde. De toute manière, je n’y vais qu’une petite heure, car cela engendre trop de fatigue, et debout, pas en fauteuil roulant car cela engendre trop de regards.

Au fur et à mesure que le temps passe, je n’ai plus envie d’y aller. Mais mes amis y sont, ma mère y est allée alors.. Je recule simplement l’heure, pour au final me dire que je passerais en fin d’après-midi. Cela m’occupera, je cogite trop, une fois de plus.

Un coup de fil me ramène à la réalité, on m’attend, il y a énormément de monde, on risque d’avoir du mal à se trouver une fois dans la galerie..

Je crois que je ne me suis jamais habillé aussi vite. Nous partons en laissant dans le coffre de la voiture mon fauteuil roulant, heureusement par ailleurs!

Une fois sur place, je passe par derrière, effectivement, la galerie est pleine. L’exposition est belle, tout est parfaitement entreposé. J’aperçois la directrice au loin en train de discuter, et une main se pose sur mon épaule. Mes amis sont là depuis une éternité, ils attendaient d’avoir mes premières impressions avant de partir. Ils sont crevés qui plus est. Je suis halluciné par la quantité de jeunes, gothiques, présents. En même temps, avec un thème tel que «Mort et solitude», je ne devrais pas être étonné.

Nous parlons un bon moment, je fais l’erreur d’accepter une petite coupe de champagne, mais bon, beaucoup sont là, un verre à la main alors..

Yvan est reparti sans même que je le sache, ce qui va s’avérer quelque peu problématique rapidement. Le verre, que j’ai pourtant bu très doucement, me donne, mélangé aux médicaments divers, de sacrés effets. J’ai subitement l’impression que le sol sous mes pieds n’est plus droit mais qu’il descend en pente sur ma droite.. Les sons me viennent bizarrement, une drôle de sensation à la limite de l’engourdissement me prend les bras et les jambes.. Bordel de merde, je suis bourré !

Je ne montre cependant rien, je meurs de chaud, quelle idée d’avoir mis ce pantalon de costume et cette chemise en soie, tout en noir, je crève littéralement… Je demande à ce que nous allions nous asseoir un moment. Mon téléphone vibre dans ma poche. Et, allez savoir pourquoi, je sais que c’est ma mère..

Ma grand-mère n’a pas le moral, elle ne mange pas car elle a peur de vomir.. Et… bien que la veille on m’ait dit de ne pas venir le week end car tout le monde allait le faire, personne à part ma mère n’est allé la voir. Je suis hors de moi, et le fait d’être à l’ouest avec les médicaments combinés au champagne, je gueule dans la galerie, ne prenant pas vraiment tout à fait conscience que tout le monde me regarde…Je lui dis que j’arrive immédiatement, le temps de rappeler Yvan. Ce que je fait tout de suite avant de sortir devant la galerie fumer une cigarette accompagné de mes trois amis encore présents. Je suis dans une colère monstrueuse, et je sais que cela peut mal se terminer car dans ces cas-là, je ne sais me contrôler… Mes amis restent silencieux, un silence prudent car ils savent qu’un rien pourrait me faire perdre le contrôle. Lorsque j’arrête de parler, ce n’est jamais bon signe…  Ma mère me rappelle afin de me dire que ma grand-mère a de nouveau de la morphine, et qu’on lui a injecté un anti-vomitif. Que l’infirmière lui a expliqué qu’il faut se forcer un minimum a manger ( je connais le refrain.. ) et me demande où je suis…

J’explose : BORDEL JE SUIS AUX BEAUX ARTS, YVAN A PAS L’AIR DE BOUGER SON CUL MERDE !!!

Tout le monde me regarde à nouveau, je rappelle Yvan parce que là, je fulmine, et il me dit : je fini ma cloppe, je me rase et j’arrive.
Je ne sais pas, honnêtement, comment je fais pour ne pas exploser. Il m’indique qu’il sera là à 16h30, il est 16h, je regrette amèrement d’être descendu à cette exposition mais en même temps, je n’avais guère le choix. Qu’il ose me dire qu’il prend le temps de fumer et de se raser ( pourquoi ne l’a-t-il pas fait quand il m’a amené alors?? ) avant de venir me chercher me met les nerfs en pelote. Je me lève pour revisiter la galerie, change d’avis, fait demi tour et me rassoie sur le banc, m’allumant à nouveau une cigarette.. Et je meurs toujours de chaud…  Une gothique sort et vient se poster à côté de moi, et me pose tout un tas de question sur l’exposition, me donne son avis, me demande ce que j’en pense. Je ne sais plus très bien mais je crois que je l’aie envoyée balader. Yvan arrive à 17 heures, je crois que je suis tellement au bord de l’explosion que c’est ce qui fait que je ne dis rien… 

Enfin, nous partons direction l’hôpital, à l’autre bout de la ville.. Et comme toujours là-bas, le parking est plein, nous nous garons loin et prenons le fauteuil pour y aller ( génial, tout le monde croit que je viens pour moi… ).

Et enfin, je peux prendre place aux côtés de ma grand-mère, qui, avouons-le ( il est très moche ce mot tiens ! ), n’a pas bonne mine. Mais, à force de discuter, j’arrive à lui faire retrouver le sourire, à la remotiver. C’est au final très bête, toujours les mêmes phrases, les mêmes gestes. Je sais que je ne suis pas quelqu’un de tendre, ou de « câlin », je suis relativement froid même avec ceux que j’aime, alors je sais que certains de mes gestes la surprennent car elle n’y est pas habituée, mais surtout la touche beaucoup. Ma main dans la sienne cet après-midi. Main sur laquelle elle s’est refermée pour ne plus me lâcher, main grâce à laquelle elle.. a accepté de manger..

Sans avoir besoin de me mettre dans tous mes états ou de m’énerver comme le fait ma mère ( parce qu’il faut être honnête, cela ne sert à rien à part énerver ma grand-mère elle-même ), simplement lui tenir la main, lui expliquer que je sais ce que c’est. Que oui, la peur de vomir coupe la faim, que oui, rien ne fait envie et rien ne passe,que oui, le goût pâteux qui reste en bouche est simplement immonde, que oui, ce n’est pas trop grave puisqu’elle aussi a droit au fameux G5, mais tout de même, c’est toujours ça de pris pour pouvoir sortir de là.
Caresser son pouce avec le mien le long de cette conversation et la voir,de l’autre main, prendre une cuiller ( non il n’y a pas de faute, je l’écris comme je le prononce car je ne dis jamais « cuillère » les deux écritures sont admises) et manger un peu de soupe, et un peu de purée.. Trancher la tranche de jambon en deux et faire moitié-moitié avec elle, manger la compote de pruneaux ( j’ai cru vomir ) pendant qu’elle mange la part de camembert… Et au final, la regarder de bonne humeur et enjouée engouffrer une banane sans même s’en rendre compte et sourire à son air surpris quand elle dit :
-Oh ! tiens j’ai mangé toute la banane !
je l’aime.

Finalement je suis parti à 18h30 de l’hôpital, ma mère restant avec elle jusque 19 heures, fin des visites. Je n’irais pas demain car elle doit avoir pas mal de monde qui ira, et je ne veux pas lui créer de fatigue. Mais j’y serais lundi. En sortant, devant l’hôpital, j’ai demandé à Yvan de mettre mon fauteuil au niveau des bancs. J’ai allumé une cigarette, pris une profonde inspiration, mon téléphone portable, et j’ai appelé mes deux soeurs ainsi que l’une de mes tantes.. Et je les aient envoyées chier comme jamais je ne les avaient envoyées chier… Ca ne répondait plus au bout du fil… Parce que merde, qu’y-a-t-il de plus important là que ma grand-mère ? Les sorties, les copines, ça va cinq minutes hein… Et croyez moi, cela m’a fait un bien fou. Parce que ma grand-mère a bientôt 89 ans, et qu’elle a besoin de nous. Et qu’elle n’est pas éternelle. Et que cette bande d’hyprocrites qui jamais ne prennent le temps de passer ne serait-ce qu’un coup de téléphone seront tous là à la pleurer le jour de son enterrement quand malheureusement elle partira.

En arrivant à la maison, ma mère m’a dit qu’elles l’avaient appelée. Elles viennent demain voir ma grand-mère.. Je n’ai pas encore pû joindre le membre de ma famille qui s’est permis de dire à ma mère qui lui disait que ma grand-mère ne mangeait pas : Ah elle nous fait son anorexique encore !!, mais cela ne saurait tarder. Si je n’arrive pas à la joindre ( bizarrement, depuis que ma mère lui a raccroché au nez, elle ne répond plus), j’irais la voir chez elle afin d’avoir une explication…Parce qu’en plus d’avoir dit un truc totalement hallucinant de méchanceté, et d’accuser ma grand-mère ( avec elle de toute façon c’est toujours de sa faute. Le téléphone ne marche pas ? AH qu’est ce qu’ELLE a fait ENCORE ? ) de faire son cinéma ( alors que merde, l’opération qu’elle a subie, ce n’est pas rien croyez-moi !), sa façon de parler a aussi beaucoup blessée ma mère. Et que ma mère et ma grand-mère, on ne les touche pas. Pas sans conséquences dans tous les cas.  J’ai un mot qui me vient en pensant à elle là mais je crois qu’il vaut mieux que j’évite de l’écrire…

Enfin, je suis enfin chez moi et je suis vraiment fatigué ce soir. Hier, après ma sortie à la clinique, j’étais allé voir ma grand-mère et je dois avouer que je me fatigue vite, parce qu’en rentrant, je me suis allongé avec l’ordinateur, je me suis endormi. Yvan a eu toutes les peines du monde à me réveiller pour me faire manger et prendre mes médicaments. J’ai mangé couché et me suis rendormi immédiatement après pour ne me lever qu’à 10h15 aujourd’hui. Pour couronner le tout, j’ai une sorte d’énorme ganglion sous la gorge. Il me fait mal, j’ai du mal à avaler ma salive, tourner la tête et parler..Et là, je me demande comment je peux avoir un ganglion avec la vancomycine+la rifampicine mais bon, plus rien ne m’étonne alors.

PS : Je passerais demain sur les blogs, je répondrais aux commentaires demain aussi ( ça, sa concerne uniquement Anne-Sophie, seule à avoir laissé trace de son passage Clin doeil) car je vais rester au calme pour ce soir.

Le jour où je suis retourné dans « ma » montagne ( reprise du blog )

Samedi 5 juin 2010

En toute honnêteté, je ne sais pas par quoi commencer. J’ai pensé à venir tout simplement raconter cette journée, mais les mots ne me viennent pas. C’est un grand vide. La reprise est difficile, pourtant ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Pourtant, pour ce qui est d’écrire, l’inspiration est revenue depuis quelques temps, j’ai passé quelques moments à noircir mon cahier de textes lors de cette hospitalisation. Mais bien peu des textes qui figurent dans mon cahier sont partagés..

Que vous dire alors ?

Je ne vais pas vous parler de mes infections, ni de mes perfusions ou autres soins. Je crois que j’ai suffisamment la tête dedans sans avoir en plus à ressasser. J’ai mal à la jambe, oui, mais je crois que l’écrire ici ne servirait à rien, à part à y penser encore plus. Et je crois qu’après cette hospitalisation, ces soins et ce que vous voulez, j’ai besoin aussi de penser et de parler d’autre chose. Je ne suis pas qu’un patient, un dossier, un protocole, plus depuis ma sortie en tout cas …

Je vais donc tenter d’aligner les mots pour vous raconter ma journée, puisqu’elle fut l’une des meilleures depuis le 24, soit la veille de mon entrée «là-bas».

J’ai passé une nuit relativement bonne, mais même si elle ne fut pas complète, cela n’est pas bien grave étant donné que j’avais aussi beaucoup dormi en journée, et tôt le soir venu. J’ai été réveillé à deux heures du matin par le voisin du dessus, en crise une fois de plus, qui hurlait : ENCULE !!! ENCULE !!! Je ne sais pas après qui il en avait exactement mais j’ai eu un fou-rire lorsque j’ai entendu un voisin lui crier : Mais c’est toi l’enculé !!!

Ma cousine m’ayant entendu rire, elle m’a rejoint et nous avons passé un long moment, la vitre ouverte parce que je fumais, à discuter dans ma chambre. Jusqu’à ce que nous nous rendions compte que nous servions de repas à une quantité improbable de moustiques à dire vrai. J’ai dû m’endormir en premier, je ne sais plus très bien mais au réveil ce matin, nous étions restés ensemble. C’était un moment agréable. ( Oui j’ai dormi avec ma cousine, c’est le MAL jetez moi une pierre )

Remarquez que le petit déjeuner fut un moment assez paisible aussi. J’ai pris mon premier café seul à la cuisine ( pour fumer une cigarette sans la polluer ) avant de la rejoindre dans le salon.

C’est «drôle», au réveil, j’ai été perturbé. Perturbé lorsque j’ai ouvert les yeux, par le décor, perturbé de ne pas entendre une sonnette, des pas dans le couloir, perturbé de ne pas avoir l’éternelle visite des constantes.. ( Celle où tu tentes de répondre à vous avez bien dormi ? Alors que tu es encore à moitié entrain )

Il y a moins de stress ici qu’à la clinique, c’est indéniable. Même la venue de l’infirmière pour la perfusion s’est passée tranquillement.

Et puis je suis allé faire un brin de toilette ( j’ai hâte de pouvoir reprendre une douche, vous ne vous doutez pas à quel point ), pendant que ma cousine venait taper à la porte de la salle de bain toutes les deux minutes environ pour me dire : Ca va ? Ca va ?

Au bout d’un moment j’ai voulu plaisanter un peu, donc j’ai dis : Oui, mais je comprend pas, je viens de perdre un orteil !

Evidemment, elle n’a pas compris tout de suite que je riais.. Ce qui est relativement affolant quand on y pense..
Et puis je me suis fait enguirlander parce que j’ai failli tomber en tentant de me laver les cheveux dans le lavabo… Au final, c’est elle qui me l’a fait. Vous l’avez compris, je n’ai pour l’instant pas mes auxiliaires à la maison. Je n’ai pas rappelé, étant donné qu’à la clinique lors de mon hospitalisation, j’ai tenu au maximum à me débrouiller seul et que j’ai énormément apprécié d’avoir MON autonomie. Comme vous le verrez sur la photo, mes cheveux ont bien poussés. C’est une catastrophe et je n’arrive plus rien à en faire.. Etre chauve avait pour avantage d’avoir ça en moins à faire le matin ! Le résultat improbable de ma coupe de cheveux ? Il faut demander à Chloé !

Elle a tartiné un peigne de gel, a tenté de me coiffer, j’avais l’impression d’avoir un casque de gel sur la tête et de ressembler à un playmobil… Alors j’ai voulu tout rincer mais elle a eu une idée «lumineuse» : on va laisser le gel sécher, on passera un coup de peigne, tu va récupérer un peu de volume ( parce que je ressemblais à Hitler en fait ) et les cheveux garderons la forme.

Sauf que nous n’avions plus vraiment le temps. Nous étions invités.. Chez moi ( cela fait stupide à dire quand on y pense ), à manger et à aller faire un tour ( j’avais envie de retourner là-bas, prendre des photos etc ). Donc idée lumineuse numéro 2 : Je vais te sécher avec mon sèche cheveux, de loin parce que t’as pas autant de cheveux que moi je vais pas te cramer le crâne au troisième degré hein on va éviter !  (emoticoneemoticone)

Elle a donc utilisé son sèche-cheveux sur moi.. Au bout d’un moment, ça s’est mis à sentir le brulé, ça faisait peur… Rassurez-vous, cela n’était pas moi, c’est le sèche-cheveux qui rendait l’âme. ( Mes cheveux sont les descendants d’Attila ce n’est pas possible ! Là où ils passent, rien ne repousse !!emoticone )

Au final, le rendu était…. Enfin, ma tête est consternante. C’est décidé, lundi, en revenant de la clinique ( gros bilan de prévu ), je vais chez le coiffeur me faire arranger le portrait, un minimum quoi !

Nous sommes donc enfin partis, comme ça, moi et mon «casque capillaire» puisque je n’avais pas mon béret. Nous avons écouté Rammstein en voiture et je me suis moqué de ma cousine tout le long, elle ne parle pas allemand, mais durant la chanson, elle a chanté le passage en français ( non je ne regrette rien… ) avec l’accent, c’était assez comique.

Arrivé chez moi, et bien, j’étais cassé.. Donc j’ai dormi pendant que tout le monde mangeait. Je mangerais mieux ce soir ( du moins je l’espère ). Réveil à 15h15, petit coup de pression au moment où je me suis apperçu de l’heure, car l’infirmière doit passer dans la soirée et que je me dois bien évidemment d’être là…

Nous sommes donc tous partis, ma cousine, ma tante, Yvan et moi-même, un peu plus bas, sur le chemin où j’étais allé faire des photos et où j’ai attrapé monsieur Auréus par le biais d’une morsure d’araignée. J’en ai par ailleurs vu un nombre incalculable, mais aucune trace de la malmignatte, c’est dommage, cette araignée est splendide, j’aurais aimé avoir une macro d’elle.

Quelques photos, quelques fou-rire ( ma cousine à peur de tout, et les insectes là bas, ce n’est pas ce qu’il manque ! ), une grande pause à l’ombre ( il faisait 27°), où j’étais très probablement le mieux placé. Assis tranquillement dans mon fauteuil alors que tout le monde se cherchait une pierre pas trop inconfortable..

J’ai dormi tout le long du chemin du retour, normal je dirais. Mais j’ai passé une journée agréable, la douleur était très largement supportable. – Est-ce que cela veut dire que les choses se calment ou bien est-ce tout simplement le Temgesic ? Mystère- Avant de repartir chez ma cousine, je suis resté pour l’appéritif.. Je me suis laissé tenté par un petit verre de téquila.. Zone rouge, strictement interdit, oui je le sais ( d’ailleurs le mix avec les médicaments m’a fait faire un sacré somme emoticone) mais je m’en fiche un peu.

J’ai attendu que l’infirmière passe me changer les mèches avant de venir écrire ici. Je ne pense pas sortir demain, je pense récupérer un peu de la journée d’aujourd’hui, mais je ne regrette pas d’avoir été forcé d’insister pour avoir cette sortie. Cela m’a fait du bien, et m’a changé un peu les idées.

Demain, ce sera donc repos, et, je l’espère, un article un peu mieux construit et moins stupide que celui-ci. Il vaut mieux que je me repose remarquez, lundi, une grosse journée m’attend à la clinique !

Je vous laisse avec deux photos ( cela est bien suffisant, au vu de tout ce que ma cousine vous a posté dernièrement ). Une de fleurs ( encore et toujours ), et une de moi avec le sourire puisqu’il m’a été souvent reproché de ne pas l’avoir.

 

1086.jpg

1091.jpg

Le jour où on a encore vécu un truc (para)normal

Vendredi 21 mai 2010

[En écoute : the who-baba o riley] 

Bonjour lecteur, et pardon de ne pas être passé hier sur les blogs, mais comme je le disais en commentaire, j’ai reçu quelqu’un… J’ai reçu Loreleï ! emoticone

Ahhh que dire ? Au début, c’était zen, calme, et puis c’est parti dans tous les sens. J’ai passé une bonne soirée. Une bonne nuit, le moral est franchement de retour ! Bon, trève de blabla, que je t’esspike….

Elle est arrivée avec un peu de retard parce que son père qui devait l’amener, s’est perdu trois fois sur le chemin. Comme tous les gens qui ne sont jamais venus. En général, je leur donne rendez vous plus bas et on se suit- on se suit ? On est deux milles, deux tables de mille ! Oups pardon Langue -mais son père disait pouvoir trouver…. Disons qu’une fois de plus, un GPS n’a pas trouvé mon chez-moi emoticone

Enfin, une fois là, on a passé un moment dehors, elle trouve que c’est superbe chez moi, c’est clair que ça lui change de la côte d’azur. On a donc passé un moment sur la terrasse, avec un coca pour elle et un café pour moi, à discuter, de nous, des cours, des autres. C’était cool, tranquille. Puis on a fait un peu de peinture… On s’était promis une soirée tranquille, et c’était on ne peux plus tranquille. Je l’aie même aidée à faire quelques révisions. Puis repas, promenade des chiens, déjà là ça a commencé, Lo’ qui joue avec Cooky ça donne une Lo’ toute pourrie au retour à la maison emoticone.

Puis une fois au chaud, un délire musical sur une des chansons que j’écoute : Bastards of young… Elle m’a fait délirer. .A en pleurer… ( Hiiiiiiiii yannnnnnnnnn HANNNNNNG emoticone jamais plus cette chanson ne pourra me donner le blues comme avant ! ) Puis on s’est vautrés dans le canapé, je ne sais plus ce qu’il passait à la télé, parce qu’on parlait tranquillement – en mangeant des chips à la crevette, j’ai pas le droit je sais-, Cooky servant de cale-pieds à Loreleï et Sushi me servant de cale-dos. Et puis, tudacou, sans prévenir comme ça, les lumières ont faiblies, sont revenues, se sont rééteintes, sont revenues, et la télé a zappé toute seule emoticone

Et LA, sérieux il aurait falllu filmer la tête de Loreleï emoticone

- OH PUTAIN J’ME SUIS CAGUEE C’TAIT QUOI CE DELIRE ??chez nous, je me suis cagué, ça veut pas dire qu’on s’est chié dessus au sens propre, mais qu’on s’est fait dessus de peur, au sens figuré, traduisez j’ai flippé ma maman -
Entre deux éclats de rire,  Yvan lui a dis que c’était surement un poltergeist.. De là est parti mon : – enfin tu sais, c’est pas un esprit à proprement parler hein, c’est un ado en colère qui déclenche inconsciemment des phénomènes de psychokinèse ( j’y crois pas une seconde, mais bon  ! )
Là, Yvan a dit : ben y’en a qu’une d’ado ici… Et Lo’, vexée lui a dit :
Ouais toi sale geek…

Le fou-rire nous a pris.. On a du en parler pendant une heure au moins…Puis on s’est amusé à se faire peur, et on s’est raconté des anecdotes paranormales ( comprenez elle me racontait des trucs, je tentais de trouver une explication, les choses étant surnaturelles que si l’esprit veut bien le croire, car quand on y pense fort et qu’on y croit fort, tout devient surnaturel). Vers minuit, on est montés se coucher. Lo a dormi dans mon lit ( vu qu’il est grand on va pas se casser la tête à mettre un lit de camp). Mon ipod dans une oreille, le volume à 5 pour ne pas déranger, je commence à m’endormir… Et là, Lo’ a eu des angoisses ….

- Putain y’a pas de bruit chez toi ! C’est flippant j’arrive pas à dormir !
- c’est la différence entre la ville et la montagne, c’qui est flippant, c’est que le silence t’empêche de dormir…

Je commence à m’endormir… Une heure du matin, un bruit que je connais bien sur toit..BOUM BOUM BAOUMM MEEEEEEEEOUUUUUUUUUUWWWWWWWWWWWW

- Oh putain Raph c’est quoi ?
- C’est des chats qui se bastonnent sur le toit….tu dors pas ?? ( donnez lui un xannax bordel )
-
Oooohhh ptain c’est flippant chez toi !

Je me rendors…..

2h30 du mat’ : – Raph ? …. RAPH???
- Quoi? (j’avais à peine envie de la tuer hein )
- y’a une alarme qui s’est déclenchée !
Y’a pas d’alarme chez moi… Je tend l’oreille vingt secondes… Comme j’entend rien :
- t’as dû rêvé, y’a pas d’alarme…
- mais sii écoutes toutes les dix secondes ça fait YOU…. YOU… YOU super aigüe..
- Lo’ c’est la chouette, elle habite dans mon toit ( et vu que je dors dessous… )
- Mais ptain comment tu fais pour dormir ici toi ? J’vais aller me chercher à boire, ça te dérange si j’allume?
-
Moi pas mais en bas tu va réveiller les autres, allume que la cuisine…

J’sais pas, 20 secondes plus tard, Lo’ arrive en courant :
- Putain, j’ai pas bu, je prend un verre dans ton placard, je vais au robinet, le placard a craqué et la porte s’est réouverte !!!!!emoticone
- Oui il le fait tout le temps c’est un vieux meuble…..

Au final, j’sais pas si elle a dormi.. On devait se lever tôt et à 6 heures ses yeux étaient grands ouvertsemoticone Bon j’vous passe les détails auxiliaire de vie, et papiers hein… A dix heures, on partait au temple. Il faut savoir que depuis que Loreleï sait que je suis bouddhiste pratiquant, elle s’y intéresse. A partir de demain, jusqu’à lundi soir, il y a au temple, l’étude de la pratique de Sangyé Menla, le bouddha de la médecine. – Pratique = prière-. Si ça vous intrigue, c’est une pratique dite de « grande purification », qui peut être intéressente pour les personnes qui viennent en aide aux autres, ou qui en ont envie tout simplement. Je n’y vais pas, car je pratique depuis 5 ans ( en tibétain, langue que j’apprend également depuis 5 ans ), mais je vais consacrer mon week end à faire cette pratique.

Je fais une pratique ( = prière ) par jour. Rien d’extraordinaire là-dedans, tous les bouddhistes pratiquants en font entre une et trois par jour. Au temple, moines et lama en font trois. Je n’en fait qu’une car cela prend du temps. Comptez environs une heure par pratique, plus pour moi car je les fait en tibétain et je suis encore un peu lent à déchiffrer et à bien prononcer ( et vu la longueur des textes, il est difficile de les connaître parfaitement ). Chaque bouddhiste fait la pratique quotidienne avec laquelle il a le plus d’affinités, et le Lama aide à « trouver » « notre » pratique. Bref ! Ce week end et jusqu’à lundi, je ne ferais pas mon habituelle pratique mais celle du bouddha de la médecine, en dédiant mes pratiques, non pas à moi, mais à la femme d’un de mes oncles qui vient d’apprendre qu’elle a un cancer du sein. Je ne suis pas stupide, je sais que ça ne la soignera pas, mais ça ne peut pas faire de mal !

Bref, ceux qui n’ont pas reçu l’initiation à cette pratique ( comme pour les autres pratiques) se rendent à ces « retraites » pour apprendre à les faire. Et parce qu’on ne peut pas faire de pratique sans avoir reçu l’initiation d’un Lama.  Car il ne s’agit pas que de réciter un texte, il y a tout un rituel, la pratique est entrecoupée de méditations ( plus ou moins longues selon les capacités de chacun, moi j’suis nul par exemple emoticone), et de divers gestes à faire ( encens, etc ). Ceux qui l’ont reçue peuvent retourner chaque année à ces retraites aussi, ça ne peut pas faire de mal, mais ça n’est pas obligatoire. Par contre, se consacrer à cette pratique durant ces journées, est bénéfique. Bref, chacun son truc, chacun ses croyances, moi j’le sent comme ça ! Et donc, avant chaque « retraites » je monte la veille au temple faire ce qu’on appelle une offrande de lumière ( allumer des bougies ). Loreleï voulait voir comment était le centre ( car les moines et Lamas du temple sont tibétains, et que nous avons déjà reçu la visite de Sa Sainteté le Karmapa et celle du Sharmapa, ceux qui connaissent un tant soit peu autre chose que le Dalaï-Lama, savent qui sont ces personnes, au moins aussi connues que lui ). Donc nous voilà partis. Si ça intrigue quelqu’un, j’ai ajouté le site internet du temple en liens. Mais je ne force personne, c’est juste si jamais vous êtes curieux de savoir de quoi il retourne, et pour montrer que c’est pas un lieu d’illuminés qui vous pompent votre fric quoi.

C’était marrant de la voir mal à l’aise comme ça en entrant. Je ne sais pas, je rentre dans les églises sans être mal à l’aise et je ne suis pas chrétien. Je ne fait pas le signe de croix sans ressentir de gêne de ne pas le faire… Elle était marrante, ça a fait rire un moine emoticone ( Les moines et les Lamas rigolent presque tout le temps faut dire ).

Bref ! Elle a trouvé ça beauuu comme elle dit.  On  a cherché Seunam ( ça veut dire Souhait, j’adore son nom), un jeune moine de mon âge avec qui je m’entend super bien mais il était porté disparu emoticone, bon on le cherchait juste pour se taper un délire avec lui hein ( je me rappelle un hiver, on se planquait derrière le stoupa et on jettait d’énormes boules de neige sur Lama Kunga, à la fin il s’est mis à râler,car c’est un super raleur, comme un perdu on était morts de rire). Si ça vous dis, je ferais des photos du temple, mais je ne veux pas vous gonfler avec ça c’est pour ça que je n’en ai pas prises aujourd’hui. Après, pour rester dans le paranormal, il y avait un lama qui faisait une méditation dans le temple, et on s’était assis un moment… Et au bout d’un petit moment, il s’est levé, a rangé son mala ( équivalent du chapelet ) autour de son bras, et là, repensant aux peurs et à la crédulité de Lo’, j’me suis penché vers elle et je lui ai dit : et là, il va se mettre en lévitation assis, et il va sortir par la fenêtre, faire le tour du temple et revenir sur son siège…

Elle a fait une tête indescriptible, un mélange de ça : emoticone et de ça :emoticone c’était à mourir de rire !!!

Ensuite, retour à la maison en délirant en voiture sur Feeling Allright ( on aime le blues et le jazz ou on n’aime pas ! ) et caféééééé ( heureusement que je n’y ai pas droit hein).
Puis il a bien fallu qu’elle rentre chez elle…

Ca m’a fait du bien. Ces derniers temps, y’a eu une succession de trucs pas cool qui ont fait que mon moral en avait pris un coup. Et à chaque moment où je me sentais mieux, un truc me rappelait Vanessa, avec qui je me suis disputé la dernière fois qu’on s’est parlé. De là, j’avais toujours un coup de spleen et tendance à voir du négatif partout mais depuis quelques jours ça va beaucoup mieux. Ce qui fait que je lui ai proposé qu’on se parle de vive voix, c’est toujours mieux qu’au téléphone et sur msn ( surtout qu’on pouvait pas trouver pire qu’un largage par téléphone… Eurk emoticone). Le fait de me sentir mieux moralement m’a aidé à voir les choses de manière plus calme et plus posée… Je l’aie donc appelée. Etant moins à fleur de peau, et plus posé, mon attitude l’a surprise par rapport à nos dernières « conversations », si on peut appeler ça comme ça. Je lui ai proposé qu’on en parle tranquillement autours d’un verre, je lui ai indiqué aussi que je n’avais pas en tête de lui faire un procès d’intention ou quoi, mais que je voulais qu’on en parle calmement, sans s’emporter, bref comme des adultes quoi…

Et elle est chez ses parents pour un petit moment, sa formation à Aix s’étant terminée mi-mai. C’était d’ailleurs les jours qu’on devait passer ensemble avant d’être à nouveau séparés le temp de nos vacances. Elle m’a proposé qu’on prenne un verre au petit café où on aimait aller ( en fait, une boulangerie-snack ) tous les deux…. ce soir à 18 h… Inutile de vous dire que je part dans très peu de temps et que je validerais vos commentaires et y répondrais plus tard. Bonne fin de vendredi, merci de votre fidélité malgré mon manque d’assiduité craignos sur vos blogs, je vous jure que je fais au mieux !!! Mais j’ai aussi une vie en dehors du blog  !

Ps : Je sais que mon blog n’est pas très illustré, car ce n’est pas l’essentiel pour moi. Je sais aussi que ça manque à certains.. J’suis invité à un pique-nique lundi, y’aura donc des photos à poster lundi soir ou mardi !

 

Le jour où j’ai déréglé le radio-réveil….

Lundi 17 mai 2010

Ah lecteur, faut que je te raconte la dernière ! Hier soir, je règle le radio-réveil à 6 heures, parce que je reprenais le centre de rééduc’ aujourd’hui – à l’exception de mercredi où je passe une IRM- et que je m’octroie une heure pour attérir avant l’arrivée de Cathy, mon auxiliaire du matin ( chagrin muhahaha j’suis fatigué pardon ). Bon, une fois le radio réveil reglé je me couche et je m’endors immédiatement.  Je me réveille avant le radio-réveil, pousse les draps et la couette avec mes DEUX bras, me lève ( toujours la technique tortue coincée sur le dos à cause du corset hein ) aidé de mes DEUX bras, attrape ma canne, descend l’escalier tout aussi péniblement que les autres jours et là, arrivé presque à la dernière marche je tilt que je me sert de mon bras ! Ce qui fait que de la surprise, je tombe. Mon coude émet un craquement sinistre, je hurle de douleur, et je me met à pleurer parce qu’au moment où je comprend que je me sert très bien de mon bras - et qu’il a toute sa sensibilité- je viens de me péter le coude (une fois de plus ), Yvan débarque et je devient hystérique. Pour me calmer, il me met une baffe…
C’est là que je me réveille en sursaut. Et que je comprend que je rêvais. Là, j’me dis « si il faut, tu peux t’en servir et t’en as pas conscience« .. Je tente et miracle, il est raide mais il fonctionne. Je me lève en savourant le bonheur de me servir de mon bras, je me fait le café en deux secondes ( parce qu’avec deux bras c’est plus simple ) et au moment où je me pose pour le boire tranquille, Yvan me hurle qu’il y a le feu… Une sirène retentie…

C’est LA que je me réveille pour de VRAI en fait. La sirène, c’est le radio réveil, je lui fiche une claque. Et là, j’ai un moment de doute… Genre si il faut, tu rêves encore… Je tente de repousser draps et couverture avec mes deux bras, et c’est là que je comprend que je suis bien réveillé, puisque seul le gauche s’execute… J’me sent tout bizarre après ce rêve… Je me lève, péniblement mais pour de vrai cette fois, et descend les escaliers. Arrivé en bas j’entend : – mékestufoulécinkeurre  ! rrrrrOOOOOOOOOO pfffffffffffff ( oui, j’suis nul en bruit de ronflements )

Bref, en voulant régler le radio-réveil, j’lai déreglé en fait…. J’ai eu DEUX heures pour me poser tranquille avant l’arrivée de Cathy, de super PAS bonne humeur parce que son fils, il a fait des conneries au lycée et qu’elle est convoquée ce soir…  et biensûr, je suis claqué étant donné mes besoins de sommeil ces temps-ci hein…

Arrivé au centre ce matin, il faisait super bon, donc comme j’étais très en avance, j’ai pris un café à la machine à café à l’entrée et je suis allé dans le parc. C’était agréable en fait. J’ai croisé Jean, qui est venu me parler de ses progrès et me traiter de lâcheur parce que je ne suis pas venu la semaine dernière. Il me parle de son week-end ( il dort au centre lui, et il est rentré chez lui pour la première fois le week dernier ).  On décide une fois de plus d’aller en salle de kiné ensemble… Et on arrivera en retard parce qu’on a repéré la psy du centre qui se dirigeait vers nous, s’en ait suivie une longue partie de « cache-cache » dans le parc avec fou-rire à la clé.

Sinon avec Serge – mon kiné- j’ai souffert aujourd’hui. Déjà à cause du manque de séances la semaine dernière, mais aussi parce que les exos étaient assez corsés. On a parlé aussi de ma séance de rééduc optocinétique ( je vous rappelle qu’on a tout regroupé au centre ) qu’on fera la semaine prochaine. Pour les exercices, j’ai tout d’abord eu droit à des manipulations en passif, ce qui ne veut pas dire « facile » ou « indolore »… Ensuite, séance d’ultrason. Puis séance en actif, d’abord pour renforcer mes abdos ( pour mon dos ), puis pour le dos tout court, puis la jambe ( là, j’étais assis, on se faisait des « passes » avec un ballon lesté). Dites merci à la spasticité, j’envoyais des boulets de canon  ! Et puis le bras. La raideur du coude est hyper bien installée, le manque de manipulations de la semaine dernière se fait sentir et qui plus est, je n’ai pas porté mon orthèse une seule fois ce qui fait que..retour des positions dites vicieuses… Ben j’lui ai dit d’y aller, pour une fois j’étais motivé faut croire, donc on a forcé – là c’était surtout du passif vous vous en doutez !-.. A la fin, j’avais vraiment mal, mais ça prouve que la sensibilité fait peu à peu son retour ! En fait, ça tirait dans le coude, et mon biceps ( enfin ce qu’il en reste emoticone) faisait comme une sorte de boule, et c’était juste atroce quoi… Mais il a réussi une extension à…100 ° !!!!!emoticone

En gros, en passif il me manque encore 20° d’extension et j’aurais une extension « normale ».. En actif, si je bouge de 5° comme il dit c’est beau… Pour la flexion, c’est plus dur… La pronosupination, ça va ( en passif hein ), mais c’est douloureux musculairement parlant, ce qui est aussi bon signe. On a terminé pour le bras par un exercice de concentration comme on a dit.. Je suis assis, mon bras posé sur la table devant moi et le but du jeu c’est de bouger le pouce ( et là j’ai eu un gros fou-rire en pensant à kill bill… Bouges le gros orteil!!… comprends qui peut). Pas de le plier, de le bouger latéralement ( j’sais pas comment expliquer en fait ) pour l’écarter de ma paume, et le ramener. J’ai un peu réussi, mais mon pouce tremblait un max…. On a ensuite tenté un pianotage des doigts, mais c’est pas encore ça… Mais si je force un bon coup, mon petit doigt à des ressauts ( ce qui me fait énormément marrer à cause de la sensation bizarre que ça entraîne, faut pas chercher hein). J’ai été « récompensé » par une séance d’electro et un bon gros massage. En fait, il aurait dû me faire les éléctro-neurostimulation- avant les ultrasons mais on a zappé. Bon, je suis relativement satisfait de ma séance parce que pour une fois, j’ai eu l’impression de faire quelque chose..

 Ensuite, j’ai aussi ergo aujourd’hui. J’ai râlé tout le long parce que je trouve qu’elle ne m’aide pas vraiment… Ok pour ce qui est de la vérification du matériel, des conseils pour l’utiliser et pour améliorer le confort, ça va, pas de soucis, mais pour ce qui est du « retour à l’autonomie », apprendre à palier à un truc pour peu à peu me débrouiller au mieux, c’est pas encore ça. Pour preuve, quand tout seul j’élabore des plans pour ouvrir une bouteille – par exemple une bouteille de coca c’est galère – avec une seule main, ou encore pour faire de la photo, elle m’apprend à me laver les mains et les sécher…. Ok c’est important avec un manque de sensibilité de trouver les bons gestes et tout mais bon, depuis le temps, elle s’imagine quand même pas qu’on me lave les mains… SI??? emoticone Ou encore le fameux épluche légumes qui s’utilise avec un seul bras… ( quand on sait que je ne fait JAMAIS la cuisine hein, et ce depuis toujours)… Je pense en parler la prochaine fois qu’on fera un point avec toute l’équipe, ça me gonfle, j’ai l’impression que l’ergo me sert à rien

Au retour, j’ai attendu un bon quart d’heure qu’Yvan arrive, j’ai cru qu’il m’avait oublié ( c’est déjà arrivé hein ). Mais non, il avait acceuillie ma tante. Avec tout ça, j’avais oublié sa sortie de l’hopital aujourd’hui. Du coup, j’avais hâte de rentrer. En arrivant, ma tante me salue d’un : Coucou mon doudou ça va ? Je t’ai fait passer du café, on le prend tout les deux sur la terrasse ?

J’ai 24 ans, je suis son « doudou », couvé et tout ce que vous voulez. Et si jusqu’à maintenant ça me gonflait, j’ai compris à quel point ça lui faisait plaisir à ELLE en fait. Puis bon, je me suis inquiété pour elle et elle m’a fait tellement du soucis qu’elle peut bien me traiter comme elle le veux. Et puis le soleil est de retour en même temps qu’elle, il fait chaud, heureusement qu’il y a du vent ( qui chasse les nuages ), il fait beau, c’est super agréable, et ce moment tous les deux sur la terrasse a été super génial ( on y est resté on bon moment ! ).

Mais la journée n’est pas encore terminée pour moi hein. Il faut que j’aille faire des photocopies ( 70 en tout quand même ) pour monter un dossier, faire des photos d’identités toussa. Je vous dirais bientôt pourquoi, mais j’avoue que tant que ça n’est pas fait, je préfère ne pas en parler. Ce n’est pas de la superstition, ce serait mal me connaître, mais voilà, je ne vais pas vous annoncer ce qui sera pour moi une bonne nouvelle si cela ne se fait pas. Je dois monter ce dossier impérativement avant les vacances. Puis je dois passer des tonnes de coups de fils… moi qui n’aime pas le téléphone

L’organisation de mes vacances, c’est la Merde avec un grand M oui. Déjà, nous devions partir au Mont-Blanc, ça me tenait très  à coeur, puis aller en Auvergne, puis dans les Hautes-Alpes ( où je ne suis plus retourné depuis le décès de mon père ). Problème, personne en auvergne pour me prendre en charge. Au bout d’un moment, on a tout simplement annulé l’Auvergne.. Ben il se pourrait que j’annule le mont blanc pour les mêmes raisons. A savoir, il me faut un kinésithérapeute, qui fasse aussi de la rééducation vestibulaire -optocinétique- ( équilibre, oreille interne toussa ) et ça croyez moi, ça ne se trouve pas partout. Un labo qui veut bien me faire des prises de sang deux fois la semaine ( pour les injections, je me débrouillerais avec Yvan ) et on pourrait penser que ça pose pas problème mais SI ! Eux ça leur en pose un, me demandez pas pourquoi !

Donc nous sommes presque à la date de partir, et je ne sais toujours pas à quoi vont ressembler mes vacances… Dans les hautes alpes, pas de soucis, mais ailleurs???? Ca me stresse un peu, j’ai évité d’y penser ce week end, pour me permettre de souffler un peu mais là il faut que je me bouge ! Donc je vais commencer à valider à et à répondre à vos commentaires, je m’excuse si ne j’ai pas le temps de terminer. Je ne sais pas non plus quand je passerais sur les blogs. Bon lundi tout le monde.